Nous voulons un bilan net nul : Vanillaplan est désormais climatiquement neutre

Du calcul initial de notre empreinte carbone à la compensation finale de toutes nos émissions par un projet de protection climatique certifié, nous avons suivi toutes les étapes avec l'organisation de protection climatique ClimatePartner afin de compenser intégralement les émissions de notre entreprise. Car il est important pour nous de gérer nos activités de manière durable.

Déterminer le bilan carbone de l'entreprise, réduire les émissions de manière ciblée et compenser ce qui ne peut être évité par des projets de protection climatique - voilà comment on peut résumer la stratégie de protection climatique de ClimatePartner. Cette approche globale nous a convaincus. Et après toutes les mesures de réduction, nous avons obtenu 8288 kilos d'émissions compensées et un projet de protection climatique qui fait avancer le développement des énergies renouvelables en Asie. Mais reprenons les choses dans l'ordre.

En collaboration avec ClimatePartner : notre stratégie de protection climatique en cinq étapes

Étape 1 : établir le bilan carbone de l'entreprise

Pour commencer, il fallait bien sûr mettre les faits sur la table : pour cela, nous avons déterminé dans un premier temps l'empreinte carbone de notre entreprise, appelée Corporate Carbon Footprint (CCF). Celle-ci indique la quantité d'émissions totales générées par Vanillaplan de janvier à décembre 2022. Pour cette procédure, ClimatePartner met à disposition un logiciel spécial basé sur le cloud, qui nous a permis de saisir nos données. Conformément au Greenhouse Gas Protocol, les sources d'émissions sont réparties en scope 1, scope 2 et scope 3.

Voici quelques informations de base :

Le scope 1 comprend toutes les émissions produites directement, le scope 2 toutes les émissions indirectes dues à l'énergie achetée, par exemple la consommation d'électricité. Le scope 3 désigne les émissions indirectes générées par l'activité de l'entreprise tout au long de la chaîne de création de valeur, comme les voyages d'affaires ou le trajet des collaborateurs.

Après avoir saisi toutes nos données, nous les avons converties en équivalents CO2, ce qui nous a permis d'avoir une bonne vue d'ensemble du montant de nos émissions et de savoir dans quel domaine elles pouvaient être classées. Comme nous avions notre bilan CO2 en tête dès le départ, le niveau de nos émissions a été relativement modéré :

Les émissions directes ne représentent que 0,3 % de notre bilan CO2 global, car nous n'avons pratiquement pas d'émissions de production directes.

Avec près d'un tiers, les émissions indirectes représentent déjà une part nettement plus élevée. Ici, c'est surtout le chauffage de nos bureaux qui pèse dans la balance - même si nous arrivons au bureau en hiver avec un gros pull.

Avec près de 70 %, ce sont les émissions générées tout au long de la chaîne de création de valeur qui pèsent le plus dans la balance. Comme nous sommes une entreprise informatique et que notre marketing et nos ventes se font principalement en ligne, les appareils électroniques et les émissions liées à l'énergie en amont sont un facteur important pour nous. Même si nous nous rendons tous au bureau en transports publics, à pied, à vélo ou en Vespa, que le home-office est un concept établi et que les voyages d'affaires sont l'exception, le trajet de notre équipe et la visite occasionnelle d'événements représentent une part importante.

Étapes 2 et 3 : définir des objectifs de réduction et mettre en œuvre des réductions

Maintenant que les cartes étaient dévoilées, il fallait passer à l'action : Maintenant que nous savions où se trouvaient les points chauds ainsi que les postes cachés de nos émissions, nous pouvions réfléchir de manière ciblée aux possibilités d'amélioration. Nous en avons profité pour échanger des idées au sein de l'équipe et chercher ensemble des approches.

Étape 4 : Compenser le bilan carbone : Financer des projets de protection du climat

Jusqu'à ce point, toutes les réflexions portaient sur la réduction des émissions par des mesures de réduction au sein de l'entreprise elle-même. Malgré tous les efforts, il est bien sûr impossible de les réduire totalement. C'est pourquoi l'investissement dans des projets de protection climatique certifiés est une option durable.

Les projets de protection climatique ont pour objectif de réduire, d'éviter ou de fixer les gaz à effet de serre ; cela va du développement des énergies renouvelables à la protection des forêts et au reboisement, en passant par des projets à impact social tels que des fours de cuisson propres ou de l'eau potable. L'idée est de compenser les émissions irréductibles de l'entreprise par des investissements dans la protection du climat et d'atténuer ainsi le changement climatique ailleurs. Les projets de protection climatique doivent permettre de mettre en place des processus de transformation vers des technologies plus durables dans des pays où l'empreinte carbone est souvent faible, ce qui ne serait pas possible autrement en raison du manque de moyens financiers, de savoir-faire et d'infrastructures.

Chez ClimatePartner, tous les projets de protection climatique sont certifiés selon des normes internationales comme le Verified Carbon Standard (norme la plus répandue au monde pour la réduction des émissions) ou le Gold Standard (créé par le WWF et d'autres ONG internationales). Ils sont contrôlés par des tiers indépendants, l'effet de protection climatique est garanti et il est assuré que la contribution à la réduction de CO2 dans l'atmosphère est effectivement clairement mesurable.

Parmi un portefeuille de quelque 400 projets, nous avons opté pour un projet de développement des énergies renouvelables en Asie. En tant que continent abritant bien plus de la moitié de la population mondiale, l'utilisation des énergies renouvelables est un sujet crucial. Ainsi, des projets éoliens, solaires, hydrauliques et de biogaz & biomasse sont soutenus dans plusieurs pays d'Asie.

Étape 5 : communiquer de manière transparente sur la protection du climat

La confiance, c'est bien, le contrôle, c'est mieux : pour que les investissements dans les mesures de protection climatique puissent être suivis par des personnes extérieures, toutes les informations sur les projets climatiques soutenus peuvent être consultées à l'aide d'un numéro d'identification unique avec une URL de suivi. De la quantité totale d'émissions compensées à la technologie du projet, vous pouvez ainsi avoir un aperçu de la stratégie de protection climatique.

N'hésitez pas à consulter notre projet, vous le trouverez à l'adresse suivante : /tracking/24076-2307-1001/de